1. Guide Immobilier
  2. >
  3. Actualités Immobilières
  4. >
  5. Tout savoir sur le toit végétalisé

Tout savoir sur le toit végétalisé

03/06/2019

Le toit végétalisé

Définition du toit végétalisé

Le toit végétalisé est aussi appelé toiture végétale, végétalisée, toit vert ou dans le milieu professionnel PCVh (Paroi Complexe Végétalisée horizontale). On parle de PCVv (Paroi Complexe Végétalisée verticale) pour les murs végétalisés. Il s’agit d’aménager sa toiture en la recouvrant d’un substrat végétalisé, à la place des tuiles ou de la tôle classique. Il est autorisé sur quasiment tous les types de biens :

  • bâtiments à usage d’habitation (maisons, immeubles,...);
  • à usage commercial;
  • à usage agricole;
  • bâtiments publics (écoles,...)

La toiture végétale est composée de 5 éléments :

  1. la structure portante, faite en béton, en acier ou en bois
  2. la couche d’étanchéité, constituée d’une barrière anti-racines et d’une membrane d’étanchéité
  3. la couche éventuelle de drainage et de filtration, qui permet de filtrer et verser l'excédent d’eau dans une canalisation, ou au contraire de remonter l’eau stockée dans les racines en cas de sécheresse
  4. le substrat de croissance pour remplacer la terre naturelle, qui serait trop lourde une fois gorgée d’eau, et donc inadaptée. Le substrat est généralement composé d’un mélange de terre et/ou de compost végétal.
  5. la couche végétale ou la couche de substrat, qui sera choisie en fonction de l’ensoleillement, de la pente du toit, du climat de la région, etc.

Sachez qu’un toit végétalisé possède une durée de vie de 20 à 30 ans. Pour lui redonner un coup de frais, il vous suffira de le recharger en substrat et d’y introduire de nouvelles plantes.

Pour son installation, il est recommandé de le faire de mars à mai ou bien de septembre à novembre.

Les conditions à réunir pour avoir un toit vert

Afin de pouvoir installer le substrat végétalisé, votre toit doit être plat ou à une inclinaison maximum de 30°C.

Si vous construisez une habitation neuve, il vous faudra faire une demande de permis de construire auprès de votre mairie. Pour une habitation et une toiture déjà existantes, il vous faudra faire une demande de travaux. N’oubliez pas également de réaliser une étude technique au préalable.

Les différents types de végétalisation et leurs prix

Il existe 3 principaux procédés de végétalisation :

  1. La végétalisation extensive qui utilise des complexes légers à faible épaisseur. Le tapis végétal est une association de sedum ou de biosedum adaptés aux conditions difficiles. Elle demande alors peu d’entretien, peu d’engrais et peu d’arrosage. Entre 30 et 100€ le m2.
  2. La végétalisation semi-intensive qui utilise des complexes d’épaisseur moyenne et offre une palette plus importante de végétaux. Elle demande donc plus d’entretien et un arrosage régulier. Entre 100 et 200€ le m2.
  3. La végétalisation intensive qui utilise des complexes d’épaisseur beaucoup plus importante. Elle vous permet de jouir d’un véritable jardin sur votre toit ! Plus de 200€ le m2.

Il n’existe pas de crédit d’impôt à ce jour pour vous aider dans vos travaux de végétalisation de toiture. Cependant, de nombreuses collectivités locales proposent des aides afin d’encourager l’installation des toits végétalisés.

Les avantages et les inconvénients d’une toiture végétale

En terme d’avantages, avoir un toit vert au-dessus de votre tête vous permettra de jouir d’une étanchéité efficace et d’une protection contre les chocs thermiques, en plus de profiter d’économies d’énergies et d’une isolation phonique optimisée. En effet, la terre végétalisée absorbe très bien les ondes sonores.

La végétalisation des toitures comporte également de nombreux avantages en terme d’écologie :

  • La stabilité et l’étanchéité des toits verts sont supérieures aux toits plats classiques
  • La possibilité d’introduire un rucher sur le toit et ainsi de préserver la viabilité et la reproduction des abeilles en ville
  • Dépolluer l’air urbain en fixant les pollens et poussières atmosphériques
  • Amélioration de la qualité de l’air grâce à une diminution des taux de CO et CO2 pour plus de dioxygène produit
  • Filtration et épuration biologique des eaux de pluies
  • Amélioration du climat avec une diminution des températures dans les grandes villes
  • Augmentation de la superficie des espaces verts en ville, créant un équilibre entre la nature et l’urbanisme

Vous pouvez fabriquer vous-mêmes votre propre toit végétalisé grâce à des kits déjà préconçus ou bien des tutos sur internet. Il est cependant recommandé de faire appel à un professionnel pour l’installation et pour l’étude de votre toiture. Globalement, cette technique reste en moyenne 4 à 5 fois plus chère qu’un toit classique en tuiles. Cette information est à prendre avec des pincettes car, comme pour tout, cela dépend de la surface de votre toit, des matériaux que vous choisissez, si vous installez votre toit vous-même, etc.

Enfin, le toit végétalisé n’est malheureusement pas adaptable à tous les types de toits, et nécessite un entretien plus régulier qu’un toit classique. Pour une culture semi-intensive par exemple, il vous faudra désherber tous les 3 à 4 fois par an, mettre de l’engrais tous les ans et arroser régulièrement, surtout en période estivale.