1. Guide Immobilier
  2. >
  3. Actualités Immobilières
  4. >
  5. Airbnb : un danger pour le prix des loyers ?

Airbnb : un danger pour le prix des loyers ?

17/02/2020

Créé en 2008 par trois américains, Airbnb est une entreprise proposant de la location saisonnière qui ne cesse de croître.

Airbnb : un danger pour le prix des loyers ?

Airbnb : la location saisonnière en ligne

Le site internet et l’application Airbnb sont faciles d’utilisation et séduisent un nombre conséquent de voyageurs à la recherche de logements ou de chambres chez l’habitant à l’échelle mondiale. Malgré le fait qu’Airbnb propose de la location saisonnière, la plateforme n’est pas considérée comme une agence immobilière. Opérant par le moyen d’internet, elle est considérée comme une “société de l’information”, ce qui lui permet de contourner les obligations et restrictions auxquelles sont confrontées les bailleurs classiques.

Airbnb confrontée à des protestations des hôteliers et bailleurs classiques

Dans plusieurs métropoles mondiales, Airbnb est accusée de faire de l’ombre aux hôteliers et bailleurs classiques car la plateforme serait responsable d’une pénurie de logements. De plus en plus de propriétaires se tournent vers la location Airbnb qui est plus rentable que la location de longue durée. Chaque année, un certain nombre de logements sont retirés du parc locatif au profit du parc touristique. De ce fait, Airbnb participe également à la spéculation de la hausse des loyers dans les grandes métropoles, telle que Paris.

La polémique contre Airbnb est forte en France car notre pays représente le deuxième marché de la compagnie, après les Etats-Unis. On parle d’un chiffre d’affaires avoisinant les 60 millions d’euros, rien que pour la France ! Les hôteliers assignent régulièrement Airbnb en justice pour concurrence déloyale car ces derniers ont subi une baisse de leur taux d’occupation, de concert avec la montée de la location via Airbnb.

Paris à la chasse d’Airbnb

Le parquet de Paris exige d’Airbnb le respect des règles françaises concernant ses activités relatives à l’exercice de la profession d’agent immobilier. La ville, très touchée par la présence d’Airbnb sur son territoire, a mené une véritable chasse pour imposer un cadre et des règles au géant américain.

Depuis la loi ELAN du 23 novembre 2018, un logement proposé en location saisonnière ne peut pas cumuler plus de 120 jours de location sur une même année, qu’il soit proposé sur Airbnb ou sur une autre plateforme de location saisonnière. Au-delà de cette durée, l’activité est considérée comme professionnelle et doit, de ce fait, faire l’objet d’une autorisation et d’une fiscalité spécifique. Les plateformes ont obligation de retirer de leur site les locations qui ont atteint ce quota. Si le bailleur Airbnb ne respecte pas cette obligation, il risque une amende de 25 000 euros versée à l’Anah (Agence nationale de l’habitat).

Tout logement doit posséder un numéro d’enregistrement qui doit figurer sur les annonces en ligne. Toute annonce sans numéro doit être retirée de la plateforme. En 2018, on comptait 25 000 logements enregistrés auprès de la mairie de Paris, soit seulement 38 % de l’offre proposée ! Chaque commune a le choix d’imposer ou non cet enregistrement. Elle est souvent imposée par les grandes métropoles. Ces dernières étant les plus impactées par le phénomène Airbnb.