1. Guide Immobilier
  2. >
  3. Actualités Immobilières
  4. >
  5. La Thaïlande, nouvel Eldorado de l’immobilier ?

La Thaïlande, nouvel Eldorado de l’immobilier ?

05/06/2018

Alors que le marché de l'immobilier semble confronté à une légère baisse de régime dans différentes régions du monde, certains pays connaissent au contraire une croissance sans précédent. C'est le cas de la Thaïlande, qui s'appuie sur des arguments forts pour rendre son marché plus attractif aux yeux des investisseurs.

Les grandes métropoles thaïlandaises s'ouvrent à l'international

Une économie en reconstruction

En 1997, la Thaïlande devenait le point de départ d'une crise financière qui allait rapidement affecter toute la région. Une tempête économique brutale qui laisse aujourd'hui encore des traces, 21 ans après son passage. Entre licenciements massifs, effondrement des bourses, faillite des banques et dévaluations désastreuses de certaines monnaies, l'Asie avait alors subi de plein fouet les répercussions de cette panique financière.

En 2018, la Thaïlande s'est relevée, son économie va mieux et la nation s'est relancée de plus belle. Le pays a même pu observer une croissance de ses exportations de près de 10% en 2017. Un essor économique encourageant, qui est surtout preuve de la bonne santé actuelle de la région, malgré sa fragilité. Le pays s'est ouvert à l'international, devenant attractif et source d'investissement pour les étrangers. Et ça change tout.

Le tourisme, facteur de développement sur le long terme ?

Il faut dire que la destination a de quoi faire rêver. Entre ses stations balnéaires aux allures de cartes postales et ses mégalopoles démesurées, le pays a tout pour attirer l'œil de l'étranger. La Thaïlande figure aujourd'hui logiquement parmi les destinations les plus prisées à l'international. Alors forcément, certains secteurs d'activité s'en frottent les mains.

Comme une preuve de ce phénomène, Airbnb nous a récemment fait part d'une information intéressante. Fin 2017, l'enseigne a déclaré avoir reçu plus d'un million de voyageurs dans ce pays. Une hausse spectaculaire par rapport aux années précédentes (+66% par rapport à 2016), qui prouve la très bonne santé du tourisme dans la région.

Bangkok en particulier, est devenu un symbole de l'ouverture de la Thaïlande à l'international. La ville se place en effet comme la destination la plus prisée au monde, avec près de 20 millions de voyageurs chaque année. Un flux de touristes qu'il convient de loger, et qui profite donc au développement d'un secteur de l'immobilier en plein essor.

L'immobilier et sa surproduction

Mais la Thaïlande n'est pas seulement une destination touristique. En atteste la croissance urbaine démesurée de certaines grandes agglomérations. Le marché des copropriétés dans le quartier des affaires de Bangkok est sans cesse animé par le renouvellement de son offre et l'arrivée d'une demande plus soutenue, venant à la fois d'acheteurs locaux et internationaux. Et ces acteurs sont nombreux à investir sur le long terme. Il faut dire qu'investir en Thaïlande présente des avantages non négligeables. En effet, le fonctionnement des taxes locales n'exige pas d'imposition si le bien n'est pas loué par son propriétaire.

Inévitablement, les investissements massifs venus de l'étranger ont provoqué une véritable explosion de l'immobilier dans les grandes villes du pays. Si bien que des entreprises internationales comme Thai Property Group proposent désormais un accompagnement complet dans l'investissement immobilier en Thaïlande. Les arguments mis en avant sont ceux de la croissance à long terme et d'un pays « business friendly », propice aux bonnes affaires.

Le secteur de l'immobilier de luxe aussi se porte bien. Certains prix atteignent aujourd'hui des sommets inédits. Dans le quartier de Wireless Road à Bangkok, un immeuble de luxe se porte actuellement à la valeur de 720 000 thaï baht (soit plus de 19 000€) le mètre carré.

Une préférence nationale assumée

Si la Thaïlande s'ouvre de plus en plus à l'international, il est néanmoins important de relever que son marché de l'immobilier ne s'adresse pas qu'aux étrangers. A vrai dire, le pays semble même vouloir éviter l'explosion de ces investissements venus d'ailleurs. Dans le secteur du luxe justement, 85% des acheteurs sont Thaïlandais. Les acteurs nationaux ne manquent pas à l'appel.

Ce phénomène s'explique par différentes lois en vigueur dans le pays, qui favorisent l'achat par des acteurs locaux. Le statut de condominium (loi de 1979), qui est accordé sélectivement aux étrangers, limite ces derniers dans l'achat de certains biens immobiliers. Il leur est par exemple impossible d'acquérir la propriété de plus de 49% d'un bâtiment ou d'un terrain sur le sol thaïlandais.

Il sera de la même manière très difficile d'emprunter auprès des banques thaïlandaises, qui ne prêtent presque jamais aux étrangers. Des barrières à l'entrée mises en places par le gouvernement pour garder le contrôle sur la situation.

Vers une croissance durable ?

Il convient alors de se poser la question des risques d'une telle surproduction. Certaines mégalopoles s'agrandissent à une vitesse déraisonnée, et laissent de côté une autre question importante : celle de la qualité. Les normes en vigueur en matière de construction sont beaucoup plus souples qu'en Europe, et certains quartiers peuvent parfois manquer d'entretien. De plus, les fausses bonnes affaires et les arnaques s'immiscent d'autant plus facilement sur un marché saturé en demande. La Thaïlande a déjà prouvé qu'elle était capable de se développer. Son véritable défi sera de contrôler cette croissance pour la faire bénéficier à tous.

Mais il y a de quoi espérer. Le marché de l'immobilier thaïlandais se solidifie avec les années. Il a désormais une place légitime et une image de plus en plus fiable à l'international. Les anciennes idées reçues concernant la qualité des biens commencent à être démontées, et la Thaïlande gagne progressivement la confiance de ses pairs. En ouvrant ses portes au reste du monde, le pays entend stimuler sa croissance. Une stratégie gagnante ? Les prochaines années seront décisives et nous apporteront probablement un élément de réponse. En attendant, la ruée vers l'or continue...