1. Guide Immobilier
  2. >
  3. Acheter
  4. >
  5. L'agent immobilier
  6. >
  7. Tout savoir sur les honoraires de l’agent immobilier

Tout savoir sur les honoraires de l'agent immobilier

Les frais d'agence constituent souvent un poste de dépense important dans une transaction immobilière. Plusieurs questions se posent concernant la rémunération de ces professionnels de l'immobilier. Qui de l'acheteur ou du vendeur est censé prendre en charge ces honoraires ? Comment sont-ils calculés ? Dans quelle mesure est-il possible de les négocier ? Vous allez bientôt tout savoir sur le sujet...

Les honoraires de l'agent immobilier

Quel est le rôle de l'agent immobilier ?

L'agent immobilier est un facilitateur dans la transaction immobilière. Son objectif est d'aider son mandant à vendre son bien rapidement et au meilleur prix. Il a par conséquent une obligation de conseil lors de l'établissement du prix de vente. Il est aussi en charge de vérifier la véracité des différentes informations fournies par le vendeur.

L'agence immobilière a également l'avantage de pouvoir s'appuyer sur son réseau afin de diffuser largement les annonces sur différentes plateformes. Une diffusion puissante et organisée est un atout considérable qui permettra souvent de déclencher une vente rapide pour un bien.

L'agent immobilier est présent tout au long de la démarche de vente. C'est généralement lui qui est en charge d'assurer les différentes communications entre le vendeur et les acquéreurs potentiels. Il organise les visites immobilières, durant lesquelles il joue son rôle d'informateur et de négociateur. Il est également habilité à encadrer la rédaction et la signature d'un compromis ou d'une promesse de vente en cas de besoin. Sa compétence professionnelle est rigoureusement encadrée par différentes lois.

Ce professionnel doit par ailleurs s'assurer de la bonne exécution des différents diagnostics immobiliers par le vendeur. Par la suite, ce sera à lui d'informer les potentiels acheteurs sur les éventuels vices repérés dans le bien. Il ne sera en revanche pas jugé responsable en cas de non signalement d'un vice caché dont il n'avait pas connaissance. Ce genre de situation engage uniquement la responsabilité du vendeur.

Qui rémunère l'agent immobilier ?

Le recours à des professionnels de l'immobilier est forcément accompagné d'une rémunération. S'il s'agit d'un mandat de vente classique, les frais d'agence sont généralement à la charge du vendeur. Il ne faut pas oublier que c'est lui qui mandate en premier lieu de manière indépendante l'agence immobilière. Cependant, les frais d'agence peuvent aussi être à la charge de l'acquéreur dans certaines situations. Dans le cas d'une location par exemple, la commission peut être répartie après négociation entre l'acquéreur et le vendeur. Il n'est pas non plus interdit de procéder à une répartition de cette commission lors d'un acte d'achat. Ce n'est donc pas toujours le vendeur qui supporte les frais d'agence, loin de là.

De plus, le montant de cette commission se retrouve bien souvent répercuté dans le prix du logement à vendre. C'est donc bien l'acheteur qui, indirectement ou non, se retrouve à prendre en charge les frais d'agence dans la plupart des cas.

Il est important de noter que les agences immobilières sont soumises à une législation stricte en matière d'affichage des frais de commission. Ces frais doivent en effet être exposés clairement en TTC sur le site internet de l'agence concernée, ainsi qu'à l'entrée de ses plateformes physiques.

Les frais d'agence sont en principe reportés par le vendeur à l'acquéreur au moment de la signature de l'avant-contrat. Cela permet à ce dernier de distinguer le prix de vente du logement des honoraires liés à l'agence. C'est notamment important pour limiter les frais de notaire au prix du bien lors de l'enregistrement de la transaction immobilière.

Quelles sont les modalités de calcul des honoraires ?

Le montant des honoraires d'une agence immobilière est obligatoirement précisé dans l'annonce du bien à vendre. Un prix de vente peut parfois être directement annoncé en FAI (frais d'agence inclus). En revanche, contrairement à ceux du notaire, les honoraires d'une agence ne sont pas strictement encadrés par une loi, et peuvent être déterminés librement. En pratique, la rémunération de l'agent immobilier est généralement calculée de manière proportionnelle en fonction du prix de vente.

Cette rémunération est comprise en principe entre 6% et 10% du prix de vente, mais comme la loi n'impose pas de limites, certains mandats peuvent grimper jusqu'à 20%. A l'inverse, certaines agences low cost peuvent proposer des commissions représentant entre 1% et 3% du prix de vente du bien. Il faudra toutefois se méfier des services proposés par ces agences, qui n'offrent pas toujours les mêmes gages de qualité.

L'intérêt d'une telle méthode de rémunération pour une agence immobilière est simple : plus le montant de la transaction est important, plus l'agence perçoit des honoraires élevés. Le vendeur dispose cependant parfois d'une bonne marge de négociation concernant les honoraires de l'agence. Certains honoraires pourront par exemple être calculés à partir d'un pourcentage dégressif en fonction du prix du bien. Plus le montant de la transaction sera élevé, et moins le pourcentage de la commission sera important. C'est un moyen pour le vendeur de limiter les frais d'agence et de s'offrir une plus grande marge de manoeuvre pour faire évoluer le prix de son bien.

Comment réduire les frais d'agence ?

Les frais d'agence sont fixés librement par les professionnels de l'immobilier. La négociation des honoraires est donc un point essentiel à aborder pour les vendeurs avant de s'engager auprès d'une agence immobilière. Il est important de bien comprendre pourquoi ces frais d'agence sont amenés à varier en fonction des situations.

La localisation du bien, l'évolution du marché immobilier local ou encore l'efficacité du réseau d'agences concerné sont tant de facteurs qui peuvent influencer le montant des honoraires. En période de crise sur le marché immobilier, les agences feront baisser leurs commissions pour rester attractives auprès des vendeurs.

Il n'est donc pas rare que les agents immobiliers soient obligés de faire des concessions dans certaines situations. Il est toujours préférable pour une agence de réduire un peu sa commission plutôt que de passer à côté d'une vente. Un vendeur ne doit donc pas hésiter à faire jouer la concurrence et à contacter plusieurs agences en même temps afin de comparer et faire baisser les prix.

Au moment de négocier le prix de vente, l'acheteur peut également négocier avec l'intermédiaire de la transaction. S'il peut s'attaquer au montant dû au vendeur pour la vente de son logement, il peut aussi tenter de faire baisser les frais d'agence. Un agent immobilier pourra là aussi faire quelques concessions sur ses honoraires afin de conclure une vente difficile. Cette négociation doit cependant rester mesurée et ne pas dépasser une certaine limite. L'acquéreur n'est pas toujours dans une position de force face au vendeur et à l'agent immobilier.

Quand doit s'effectuer le paiement des honoraires ?

Il est important de préciser que la commission d'agence ne doit être payée que si l'agent immobilier est parvenu à rapprocher l'acheteur et le vendeur et à fixer un prix de vente définitif. Cela signifie que toutes les conditions suspensives doivent être écartées. Le règlement des frais d'agence s'effectue donc au moment de la signature de l'acte de vente.

Un agent immobilier peut très bien organiser des visites pour un bien et au final ne pas recevoir de rémunération si l'acte de vente a par la suite été signé par l'intermédiaire d'un autre professionnel. Ce sont des situations qui peuvent arriver si le mandataire ne s'était pas engagé dans une clause d'exclusivité avec l'agence en question.