1. Guide Immobilier
  2. >
  3. Acheter
  4. >
  5. Compromis et acte de vente
  6. >
  7. Comment négocier le prix de vente d’un bien immobilier ?

Comment négocier le prix de vente d'un bien immobilier ?

Négocier le prix d'un bien immobilier est une étape de l'achat qui peut paraître difficile et risquée. Pourtant, ignorer cette opportunité serait une erreur qui pourrait vous coûter beaucoup. Découvrez nos conseils pour engager vos négociations lors de votre achat.

argumenter et échanger avec le vendeur sur le prix

Négocier le prix d'un logement, est-ce possible ?

La négociation du prix d'un bien immobilier ne s'impose pas forcément spontanément dans votre démarche d'achat. Pourtant, dans la plupart des cas, il existe une grande différence entre le prix affiché et la valeur réelle du bien mis en vente. Le vendeur a souvent tendance à surévaluer son bien par rapport à la moyenne du marché. Négocier est alors une étape indispensable pour ne pas ignorer cet énorme manque à gagner. L'ampleur des négociations varie bien sûr en fonction de la situation. Le prix du bien peut parfois être difficile, voir impossible à négocier. Dans certains cas, il peut en revanche subir des changements impressionnants. Mais alors, comment réduire un prix déjà établi par le vendeur sans lui donner l'impression que vous essayez de le rouler ? C'est bien simple, votre demande doit être justifiée et argumentée ! Voici la marche à suivre pour négocier dans de bonnes conditions.

Identifiez les défauts du bien et les travaux

Pour appuyer votre propos, il est important de mettre en avant les défauts du bien. Des problèmes d'isolation ou l'absence d'une lumière naturelle suffisante dans certaines pièces vous offriront des arguments de poids. N'oubliez pas aussi de faire la liste des travaux à effectuer. Ce sont des coûts qui devront s'ajouter par la suite, et qui justifient parfaitement votre demande de dévaluation. Servez-vous des observations effectuées lors de la visite immobilière pour dresser une liste objective. Il s'agit de mettre en évidence les raisons de votre besoin de négociation.

Utilisez son environnement pour tirer le prix vers le bas

Lors de votre analyse du prix du bien, vous pouvez aussi tenir compte de sa zone géographique. Les nuisances externes sont nombreuses, et peuvent parfaitement justifier une diminution de la valeur du bien. Le bruit constitue notamment un point très intéressant à souligner. Vous pouvez par exemple vous servir de la présence éventuelle d'une voie rapide ou d'une rue un peu trop fréquentée. Qu'en est-il des zones à risques ? Le bien est-il exposé à des risques naturels ou technologiques ? Si c'est le cas, l'argument est de taille pour vos négociations.

Appuyez-vous sur le marché immobilier local

Avant de se lancer dans les négociations, il est important de bien connaître le marché immobilier local. Le secret d'un bon argument se trouve dans la comparaison. N'hésitez pas à vous servir d'exemples concrets pour appuyer votre démonstration. C'est en mettant en perspective les caractéristiques du bien avec les tendances du marché que vous obtiendrez des preuves tangibles de sa surévaluation. Certaines caractéristiques sont faciles à vérifier. C'est le cas du prix au mètre carré, qui peut être comparé de façon objective. Retenez aussi la date de mise en ligne de l'annonce. Les annonces en ligne depuis plusieurs mois vous offriront souvent des opportunités plus intéressantes. Un vendeur cherchant à vendre son bien depuis un certains temps sera certainement plus ouvert aux négociations.

Fixez vos objectifs pour la négociation

Une fois toutes ces informations réunies, il est temps de vous fixer un objectif à atteindre. Cet objectif sera déterminé en fonction de la valeur du bien, mais aussi de votre budget initial. Il est, en effet, préférable de garder en tête vos moyens et vos limites au cours de votre démarche. Il convient de fixer deux prix différents pour encadrer vos négociations. Un prix de vente idéal, que vous proposerez d'emblée pour entamer vos échanges, ainsi qu'un prix de vente limite à ne surtout pas dépasser. Les négociations devront se situer entre les deux. Il est plutôt rare que le vendeur accepte votre première offre d'emblée. Il fera probablement une première contre-proposition, puis une deuxième… et ainsi de suite jusqu'à ce que vous tombiez d'accord.

Structurez votre argumentaire

Vous avez maintenant toutes les cartes en main pour commencer vos négociations. Il ne vous reste plus qu'à les organiser. Bien préparer vos arguments est indispensable pour réussir votre présentation. Si vous arrivez devant le vendeur sans avoir une idée claire de ce que vous allez mettre en avant, vous foncez droit dans le mur. Il est préférable de passer par la porte et de lui exposer de façon explicite les résultats de votre analyse. La communication est très importante dans une négociation immobilière. C'est en appuyant vos arguments les plus pertinents que vous parviendrez à déclencher une véritable remise en question du prix chez le vendeur.

Négociez en face à face avec le vendeur

Il est toujours mieux de négocier en face à face. Les échanges téléphoniques sont plus difficiles à maîtriser et pourraient donner lieu à un débat houleux. Il est donc préférable d'ajouter des éléments visuels à votre argumentaire. Cela facilitera la compréhension et le dialogue. Gardez toutefois en tête qu'il existe un juste milieu à trouver. La négociation n'a pas non plus pour objectif de pousser le vendeur dans ses retranchements. C'est surtout un moyen de vous mettre d'accord sur un prix qui convient aux deux parties. Si votre demande est trop importante ou pas suffisamment justifiée, le vendeur pourra tout aussi bien se tourner vers un autre acquéreur. Restez donc cohérent et mesuré pendant votre démarche. Vous atteindrez ainsi plus facilement le juste prix.