1. Guide Immobilier
  2. >
  3. Acheter
  4. >
  5. Premier achat
  6. >
  7. Comment acheter un appartement en étant jeune ?

Comment acheter un appartement en étant jeune ?

L'achat d'une maison ou d'un appartement s'est démocratisé ces derniers temps et beaucoup de jeunes aspirent à acquérir leur propre chez-soi. Si vous êtes jeune actif ou encore chez vos parents, nous vous expliquons comment vous mettre à votre avantage et dégoter votre prêt bancaire pour acheter l'appartement de vos rêves.

acheter jeune

Quelques conseils préalables avant l'acte d'achat

Avant d'acheter votre premier logement, en général un appartement, et de devenir ce qu'on appelle dans le jargon un "primo-accédant", quelques conseils sont bons à connaître:

  • Ne pas acheter sur un coup de tête. Oui, les émissions de télé vous parlent de "marcher au coup de coeur" mais en immobilier, c'est peut-être le pire conseil que l'on puisse vous donner ! Attention, on ne vous dit pas que l'appartement ne doit pas vous plaire mais qu'un achat doit être réfléchi en tout point. Donnez-vous le temps et soyez sûr que le bien vous correspond et répond à toutes vos attentes. Pensez au futur et faites-en sorte que cet investissement ne devienne pas un fardeau pour vous plus tard.
  • Se renseigner sur l'historique du bien. Demandez à vérifier tous les diagnostics immobiliers obligatoires. Il se peut même que des diagnostics facultatifs aient été effectués, comme le diagnostic acoustique. Si vous désirez acheter un appartement, renseignez-vous sur la copropriété: les derniers bilans des assemblées générales, les travaux des espaces communs ayant été réalisés et ceux à venir, les charges de copropriété… Bref, ne vous laissez pas surprendre par des charges futures qui pourraient vous incomber !
  • Se renseigner sur le secteur. Est-ce que le prix de vente est justifié par rapport au prix du m2 dans la commune ? Est-ce que mon appartement ou ma maison sera proche des commerces ? Des écoles ? Des centres hospitaliers ? D'un aéroport ? D'une autoroute à fort passage ? Autant de questions qu'il faut se poser avant d'acheter un bien pour éviter de se retrouver avec une maison qu'on adore mais un quartier que l'on ne supporte plus et qui ne nous convient pas. N'oubliez pas également de vous renseigner sur le coût de la taxe d'habitation et de la taxe foncière de la ville où vous achetez.
  • Penser à son avenir. Généralement, quand on achète un appartement jeune, on opte pour un 2 ou 3 pièces. Et quand on commence à faire des projets de vie, on se rend compte qu'on a besoin de plus grand. Quand on change de boulot, qu'on est muté, on se rend compte qu'on doit changer de ville/région/pays. Le bien que vous allez acheter lorsque vous avez moins de 35 ans est, dans la majorité des cas, destiné à être vendu ou loué par la suite. Alors pensez-y, laissez-vous toutes les chances pour habiter dans un appartement et un quartier qui vous plaît, et qui pourra plaire à un grand nombre d'acheteurs ou de locataires dans le futur.

Les aides et les prêts pour devenir propriétaire

Que vous soyez jeune actif ou étudiant, en location ou chez vos parents, n'hésitez pas à demander de l'aide. Que ce soit celle de votre famille, de l'État, de votre mairie ou de spécialistes. Il vous est possible d'acheter avec vos parents, c'est ce qu'on appelle acheter en indivision. L'investissement peut être à parts égales ou non, selon vos moyens. Sachez tout de même que, dans le cas où vous viendriez à louer votre bien dans le futur, le loyer perçu sera partagé au prorata de la somme que vous avez investi lors de l'achat. Il est également possible de faire appel à un agent immobilier, spécialiste dans le domaine. Il vous fera profiter de ses conseils et saura négocier le prix de vente auprès du vendeur s'il le faut. Il existe un grand nombre d'aides vous permettant d'être appuyé financièrement dans votre achat :

  • Le Prêt à Taux Zéro (PTZ) dans le neuf ou dans l'ancien. Il s'agit d'un financement de l'Etat sur lequel il n'y a pas d'intérêts à payer ni de frais de dossier et qui financera jusqu'à 40% du montant de l'achat d'un logement neuf ou ancien (à condition de prévoir des travaux de rénovation).
  • Le prêt "Action logement". Il s'agit d'un financement aidé par l'employeur. Il a l'avantage d'avoir un faible taux d'intérêt. Il vous faut pour cela travailler dans une entreprise de plus de vingt salariés et pouvoir justifier d'un apport personnel. Renseignez-vous auprès de la direction des ressources humaines de votre entreprise pour savoir si vous pouvez en bénéficier.
  • Le Prêt Conventionné (PC) ou le Prêt à l'accession sociale (Pas) financé par les banques. Ils sont moins avantageux car plus conséquent en terme de taux mais, à contrario, les frais annexes sont revus à la baisse. Ils peuvent être éventuellement complétés par d'autres prêts et vous font bénéficier de frais de notaire à taux réduits.
  • L'Allocation de Logement Familial (ALF) et l'Allocation de Logement Social (ALS). L'ALF et l'ALS sont des aides distribuées par la CAF pour les familles aux revenus modestes, voire très modestes, pour alléger le remboursement du prêt immobilier.
  • Le prêt épargne logement (PEL), accordé aux personnes détenants un Plan Epargne Logement (PEL) ou un Compte Épargne Logement (CEL) ouverts auprès de leur banque. Ces derniers vous permettent de financer votre projet immobilier et d'obtenir un prêt immobilier plus avantageux.
  • Le prêt des caisses de retraite ou de mutuelle. Renseignez-vous auprès de ces organismes car certains proposent à leurs adhérents des prêts complémentaires à taux peu élevé.
  • Le courtier. Ce dernier négocie auprès des banques le meilleur taux pour votre prêt immobilier. Il vous fait donc gagner du temps et de l'argent ! Petit plus: si vous avez déjà un crédit en cours, il peut négocier votre rachat de crédit.
  • Certaines mairies - notamment dans les grandes villes comme Paris, Marseille, Toulouse - en partenariat avec les promoteurs et les banques locales, aident les primo-accédants à acheter un logement neuf afin de dynamiser leur politique d'urbanisation. Ces aides sont cumulables avec les prêts réglementés de l'Etat. Renseignez-vous auprès de votre mairie afin de savoir s'ils peuvent vous aider financièrement.

Préparer son rendez-vous à la banque

Si vous optez pour un prêt auprès d'une banque, il est important de préparer votre rendez-vous avec le conseiller financier et de faire un point sur vos forces et vos faiblesses. Les banques étaient avant plutôt frileuses pour accorder des prêts immobiliers aux jeunes. La tendance s'est maintenant inversée car, en terme de risque financier, un jeune est plus rassurant pour les banques. La plupart des banques propose en effet des crédits longue durée pour les jeunes, permettant de faire baisser les mensualités à rembourser. La règle à respecter est simple: vous ne devez pas excéder les 33% de capacité d'endettement. C'est-à-dire que votre mensualité de remboursement ne doit pas dépasser le tiers de vos revenus nets des autres charges. Votre conseiller financier vous demandera en général d'avoir un apport personnel, représentant en moyenne 5% des frais de notaire. Il est possible de se faire financer à 110% mais cela reste plutôt rare.

Quels sont les éléments importants pour le conseiller financier ?

  • L'évolutivité de votre profil : si votre salaire et votre situation au boulot sont amenés à évoluer dans les années à venir, mettez-le en avant.
  • Votre capacité d'épargne : si vous logés chez vos parents et que vous n'arrivez pas à mettre de l'argent de côté, cela risque de poser problème.
  • Votre saut de charges : c'est la différence entre le montant du loyer que vous payez actuellement si vous êtes en location et les mensualités futures de votre crédit immobilier.
  • Le reste à vivre : votre revenu réel disponible après décompte des charges fixes du foyer et remboursement du prêt.

Si la banque estime que vous remplissez tous ces critères et que vous ne risquez pas de vous retrouver dans une situation délicate financièrement, votre prêt vous sera alors accordé. Être assisté par un courtier, savoir se vendre et avoir de l'ancienneté auprès de la banque peuvent représenter des atouts pour votre demande.

Dernière petite astuce: Depuis le 1er janvier 2018, vous pouvez résilier votre assurance de prêt chaque année, à la date anniversaire du contrat, pour en trouver une moins chère ou mieux adaptée à vos besoins réels. Grâce à la loi Lagarde votée en 2010, vous n'êtes en effet plus obligés de souscrire à l'assurance proposée par votre banque. Alors, comme pour tout, faites jouer la concurrence !